T-Cup 2022 : une régate à voile et à rame.

Comme l’an passé, Azyu rejoint la flottille de joyeux lurons qui, chaque Pentecôte depuis 1986, crient « haut les cœurs » en faisant le tour de Taha’a.

Ce samedi 4 juin, une trentaine de bateaux se positionne entre la ferme perlière Champon et une bouée inratable en forme de rhinocéros soûl. Au top départ, les voiliers se lancent pour le tour du lagon de Taha’a.

Motivés !

La fleur au fusil, monocoques et multicoques se tirent la bourre la première heure. Puis, dès la 2e heure, la brise retombe. Par leurs couleurs et l’espoir qu’on place en eux, les spi redonnent un peu de nerf à cette course devenue pépère.

Abandons des petits

A la 3e heure, le vent se désintéresse complètement de la T-Cup : vengeurs, les plus frêles embarcations jettent l’éponge.
À la 4e heure, on sort les rames ! Sur Azyu, on se relaie tous les 4 pour faire avancer le catamaran à grands coups de pagaies depuis les jupes. Victoire ! On avance à 0,5 noeud ! Les filles essaient même la monopalme pour reposer leurs bras !

Moral en berne

À la 7e heure, comme le soleil se couche sur Bora-Bora, que le courant nous ferait presque reculer, le capitaine craque. Pour sûr, après s’être démené comme un chien, il a envie d’une bière et de repos.
Tant pis, on allume les moteurs. Pas question de rater la fête au Taravana Yacht Club !

Les jusqu’au-boutistes

Félicitations à nos amis italiens Alcade qui, comme quelques autres équipages, ont persévéré, franchissant en pleine nuit la ligne d’arrivée.

Résultat des courses : le hobby-cat 777 gagne dans la catégorie des multicoques. Baccun remporte la victoire chez les monocoques.

Que nous réserve l’édition 2023 ?

Regain de courses

La T-Cup s’inscrit dans la lignée de formidables spectacles ayant eu lieu sur l’eau ces dernières semaines :

Championnat de Polynésie d’Optimist

Expédition Kealaikahiki : sans aucun instrument de navigation, les pirogues à voile Hokule’a et Hikianalia ont parcouru les 5370 km qui séparent Hawaï de Tahiti. Un défi lancé aux étoiles !

Tahiti Pearl Regatta (TPR)
Lors de sa 18e édition, la TPR a vu courir 5 équipages en pirogue à voile (Holopuni).
Emblème de la Polynésie française puisqu’elle figure sur son drapeau, la pirogue à voile est tombée en désuétude alors que les Polynésiens ont gardé le goût inaltéré de la rame.

La présence de pirogues à voile autant à la Tahiti Pearl Regatta qu’à la T-Cup, ainsi que le fabuleux voyage Kealaikahiki fait réapparaître sous nos yeux la formidable épopée des migrations polynésiennes colonisant, depuis le Ier siècle avant J-C, le Pacifique d’ouest en est.

Holopuni dans la passe de Raiatea lors de la Tahiti Pearl Regatta.
Bisou Futé à la TPR.
Azyu lors la T-Cup.
Ô désespoir !
Même le capitaine doit ramer !
Les filles font avancer le bateau à la monopalme !
Nos amis sur Alcade.

Traversée du Pacifique : la belle parenthèse

Galapagos17042018-IMG_0114Un mois en mer, 4000 milles nautiques, 7000 km, 1000€ de vivres, 250 litres de gasoil. Tels sont les chiffres éloquents de cette Transpacifique entre le Panama et la Polynésie française. Mais que fait-on pendant tout ce temps ?

« Vous ne vous ennuyez jamais ? » C’est, de retour d’une circumnavigation, l’une des questions des journalistes qui agaçait le plus Éric Tabarly. Ce à quoi l’officier de marine – bien éduqué mais breton – répondait, avec la meilleure volonté du monde : « Non ». Lire la suite