Chouette des amis !

Depuis octobre, retrouvailles et adieux se sont succédés autour d’Azyu. Voici quelques belles rencontres parmi tant d’autres en Polynésie.

Ma cousine Fabienne est notre première invitée sur le catamaran ; elle a testé « pour vous » la vie pieds-nus en paréo. Ça lui a plu !

 

Ayant vendu Seayousoon, leur Oceanis, après bien des années de plaisir, Nicole et Michel sont repartis dans l’hémisphère nord. Le bateau, lui, a pris ses quartiers en Nouvelle Zélande. Nous regrettons ce couple joyeux et uni mais, côté voyage, il n’a pas dit son dernier mot…

A bientôt Nicole et Michel !

Fais la bise au monsieur

En quittant son école de Paopao à Moorea, Erell a chaleureusement fait la bise à son Monsieur, entendez son instituteur, Rainui de son prénom. L’heure quotidienne passée au faapu (le jardin vivrier) lui plaisait beaucoup. Pépinière pour les jeunes pousses, serre tunnel, trois lombricomposteurs, récupérateurs d’eau de pluie…le projet ambitieux est de planter, récolter et vendre fruits et légumes. Et aussi d’encourager les enfants à continuer leurs études, le seul lycée de Moorea étant… agricole !

Planter, planter, on retrouve bien là l’état d’esprit du Polynésien. C’est une obsession, surtout dans les archipels isolés. « Au moins mes enfants auront de quoi manger », entend-on dire. Il existe d’ailleurs une loi qui rend propriétaires d’un terrain les personnes qui l’ont « amélioré ». Les photos des pamplemoussiers croulant de fruits, des hauts cocotiers, des citronniers épanouis et de la haie de bananiers font foi par rapport au terrain nu originel.

Erell et son instituteur de Moorea

Ben le boulanger bio

À Moorea, nous nous sommes fait de nouveaux copains. Parmi eux, il y a Ben, le boulanger bio, qui vit en famille sur son voilier Orphée. Il lance son activité qui devrait remporter du succès au moins chez les « popa’a » car le pain, en Polynésie, se résume à la baguette très peu nourrissante. Mais à 40 centimes l’unité, les Tahitiens en raffolent !

Outre ce défi de faire apprécier un pain semi-complet au levain, il a également relevé celui de cuisiner, pendant 10 jours, pains, brioches, gâteaux, desserts pour un groupe de touristes vegan, c’est-à-dire sans œuf ni lait ni miel. J’ai eu la chance de l’assister une journée dans un laboratoire professionnel de cuisine me chargeant de la réalisation du « poe mautini ». C’est un dessert polynésien qui associe la courge, la farine de manioc et le lait de coco sous forme de purée gélatineuse. Une « lichouserie » !

À Moorea, une cuisine professionnelle

Le jeune équipage de Nigloo et Orphée réunis pour l’anniversaire de Gaëlle

La communauté de Taina

A Tahiti, le mouillage principal regroupe des centaines de voiliers. C’est parmi eux que Coline a fêté ses 12 ans, trop heureuse de passer son anniversaire en compagnie notamment de Cyrus et Marin.

En juillet 2018, nous avions rencontré Anelia, Michel, Moana Nui, Faiti, Catia… sur l’atoll de Makemo. Accueillis comme des rois dans cette famille paumotu modeste, nous espérions vivement les revoir. C’est chose faite (article à suivre) !

Réagissez ! Laissez-nous un commentaire !