À bord du Bougainville

Ses amarres frappées au quai de Rotoava, sur l’atoll de Fakarava, le Bougainville invite les habitants à la visite.

En compagnie d’autres bateaux-copains comme Cattleya et Ubi, nous saisissons l’opportunité d’admirer le lagon à 15 mètres de hauteur. Un promontoire adapté à la mission du navire militaire chargé de la surveillance dans le « petit » triangle polynésien allant de Hawaï aux Samoa et à Pitcairn.

Transport de marchandises et de troupes

Nous déambulons de long en large, parcourant les 75 m du navire, découvrant le carré des officiers, le local de plongée, le poste de commandement, les cuisines, etc. Le bateau navigue avec 23 « hommes » d’équipage, certains sont des femmes. Au besoin, le Bougainville embarque jusqu’à 60 personnes, « comme lorsqu’il s’agit de déposer un bastion de militaires sur Moruroa », cite Florian, notre guide, en exemple. Les essais nucléaires ayant pris fin en 1996, je me demande bien ce qu’ils y fabriquent.

Dénoncer la pêche outrancière

Ses missions principales sont de contrôler la sur-pêche (malheureusement sans capacité légale d’interpellation), de porter assistance lors de gros évènements (naufrage, remorquage, feu, cyclone…) ou de transporter d’une île à l’autre de lourds équipements.

De l’avis de notre guide, le bâtiment militaire demeure surtout un lieu d’entraînement car les interventions en situations réelles d’urgence sont rares : « Une en 10 ans ! ». Tant mieux et merci la France !

Une réflexion sur “À bord du Bougainville

  1. Fabienne Léau dit :

    Fakarava! … j’aurais aimé y aller!
    Envoie nous des photos pour ensoleiller nos journées. On en a bien besoin ici!
    Je pense très fort à vous.
    Joyeuses fêtes 🥳
    Bisous
    Fabienne

Réagissez ! Laissez-nous un commentaire !