Bienvenue à l’école de Mangareva

Rikitea-ecole12062018-IMG_0041

La classe de CP d’Erell sur Balanec

Coline et Erell ont rejoint, pour quelques semaines, les bancs de l’école primaire de Rikitea, sur l’île de Mangareva, aux Gambier. Des cours en français et des copains en pagaille à 500 m du bateau, c’est une aubaine.

Lundi, 7h15. Dans la cour enherbée, les enfants s’ébrouent, les chiens déambulent et les adultes se font la bise. Puis retentit le pei, une caisse métallique frappée par un bâton, genre Tambours du Bronx, la plus efficace des sonneries ! tous les élèves se rassemblent alors devant un mât. Lever de drapeaux au son de La Marseillaise, de l’hymne polynésien (en tahitien) ou de l’hymne mangarévien, suivant les semaines. Fredonné avec une douceur toute vahinée, le texte révolutionnaire en perd son accent guerrier. Les 180 enfants et leurs enseignants rentrent alors dans leurs classes. Erell est en CP avec 11 autres petits, Coline en CM2 (27 élèves).

Rikitea31052018-DSCN2987

Coline (10 ans)

Alors ce premier jour ?

Je me suis déjà fait une copine. Elle s’appelle Eitiare, ça veut dire « couronne de fleurs ». Je l’ai invitée sur le bateau. Et on apprend une danse polynésienne pour la kermesse : il me faut un paréo. Avant la sortie, notre maître nous a mis une musique en espagnol « Baila, baila la bamba…yo soy marinero », tu vois ? Comme je la chantais, tous les autres me regardaient avec des yeux ronds ! Ben quoi, je parle espagnol !

Qu’est-ce que tu étudies ?

Maths et français. Le moment que je préfère, c’est la fin de la journée quand on danse et on chante.

Qu’est-ce que tu remarques de différent ?

Aujourd’hui, au moment de rentrer à la cantine, il y a une fille qui s’est fait embêter, enfin plus, par un garçon. Elle s’est mise à pleurer, alors la cantinière lui a dit de taper le garçon : « Tire les cheveux ! Mais y’a pas de cheveux ! Tire les oreilles alors ! ». Ma copine Keissy m’a dit que, pour se défendre, on peut rendre les coups.

Qu’est-ce qui te déplaît ?

Les récrées sont trop courtes.

Est-ce que les enfants parlent une autre langue ?

Non parce qu’ils sont obligés de parler français à l’école. Chez eux, certains parlent mangarévien.

Rikitea29052018-DSCN2965

Et la cantine ?

C’est très bon. Je finis toujours mon assiette de crudités alors que les autres, ils en laissent plein. Je crois qu’ils n’aiment pas vraiment les légumes.

Rikitea29052018-DSCN2968

Ramassage scolaire en annexe : Lucas et Swann vivent aussi sur un voilier.

Erell (6 ans)

Qu’est-ce qui te plaît ?

Les enfants et maîtresse Eva sont gentils. J’aime bien quand on chante. On fait du sport, des jeux. Je joue aux billes à la récréation, au loup avec Marico, Makua, Déborah, Calixte… A la kermesse, on va se déguiser en pirates. J’ai dit à mes copains que je m’y connais en pirate vu que j’habite sur un bateau ! Et, tu sais, on est pieds nus dans la classe.

Rikitea-ecole12062018-DSCN2996

Intervention à l’école Maputoea de Rikitea : le parcours de Balanec sur la mappemonde et diaporama des animaux rencontrés : perroquets, dauphins, singes, crocodiles, une exclamation à chaque photo !

Qu’est-ce qui te déplaît ?

A la récré du matin, je n’ai même pas le temps de manger mon goûter. Ça prend trop de temps l’école, je ne peux plus jouer comme avant.

Rikitea29052018-DSCN2962

Suivre sa scolarité aux Gambier

Si la majorité de la population est rassemblée sur Mangaréva, une poignée de familles occupe les autres îles hautes ainsi que les motus. Qu’en est-il de l’instruction de leur progéniture ? Certains enfants reçoivent savoirs et connaissances à domicile via un parent. D’autres fréquentent l’école de Mangareva la semaine, hébergés par exemple par une grand-mère, et retrouvent leur cocoteraie sauvage le vendredi midi, après une demi-heure de bateau à moteur.

Des ados loin

Jusque récemment, les petits de 11 ans devaient s’exiler sur l’archipel des Tuamotu. Depuis l’ouverture du collège, le problème ne se pose qu’à partir du lycée. Les ados qui continuent leurs études s’envolent en général vers Tahiti, à 1700 km. Et ne rentrent en moyenne que deux fois par an chez eux, dur, dur…

Akamaru27052018-IMG_0138

Le petit Tearai de 4 ans retrouve sa maison flottante et ses parents le week-end, après 5 jours d’école.

L’album photo de l’archipel des GAMBIER en cliquant ici.

2 réflexions sur “Bienvenue à l’école de Mangareva

  1. Joël TRISTAN dit :

    Bonjour Gaëlle, bonjour Jean-Marie,

    Je suis avec beaucoup d’intérêt votre parcours. En ce moment ça ressemble à une escale au paradis😊. Les filles suivent par rapport à leurs copains copines de classe? J’ai l’impression que ce sont elles qui apprennent aux autres😀? Bises à vous quatre. Joël

    Envoyé de mon iPhone

    >

Réagissez ! Laissez-nous un commentaire !